• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009
( 19 septembre, 2009 )

Halte à la pluie…… Poème

Janvier et février 1995 ont été deux mois particulièrement généreux en averses incessantes. De là, un certain ras-le-bol de l’élément liquide venu du ciel !

ph01336j.jpg

Il pleut à voix basse     sur la terre lasse     d’absorber,        d’avaler

l’eau qui tombe du ciel    avec un goût de fiel,

l’eau qui n’en finit pas     de sonner le trépas

sur l’herbe suffocante,   les cailloux délavés,

sur les bêtes ruisselantes     et sur les gens fâchés.

Halte à la pluie !

As-tu fini      ta comédie ?

Cesseras-tu      cet impromptu ?

ph02132j.jpg

La malaimée     S’en est allée,

sans faire de bruit,       nous a tous fuis.

Et le soleil est revenu.

ph02125j.jpg

Enfin l’espoir est apparu !

( 5 septembre, 2009 )

Le soleil s’est couché…….. Poème

 Le soleil s’est couché

Là-bas, entre les chênes.

Il nous a salués

Puis a quitté la scène.

ph01420j.jpg

Quelques nuages mauves

S’étirent dans le ciel bleu

En gagnant leur alcôve.

Des hirondelles volent

Au-dessus de nos têtes. 

ph02391j.jpg

Les fourmis caracolent

Parmi les herbes vertes

Et les criquets bavardent,  

Cachés dans les buissons. 

ph02469j.jpg

Une lune blafarde

Se lève à l’horizon.  

La clarté diminue,

Le silence grandit.

Les criquets se sont tus,

Les hirondelles aussi.  

Un autre jour a fui,

Laissant place à la nuit

Qui déploie son manteau

De silence et de paix.  

  ph01768j.jpg 

Avant le jour nouveau,

Allons nous reposer !

( 2 septembre, 2009 )

Le marronnier de l’oncle Jules

 

  Le marronnier de l'oncle Jules  dans HISTOIRES DE FAMILLE : puisons dans le passé wma marronnirdelonclejulesavril2008.jpg

Le marronnier de Jules, le grand-oncle que je n’ai pas connu

«  Pourquoi diantre veux-tu planter un marronnier d’Inde ? D’accord pour un chêne, un châtaignier ou un hêtre ! Enfin ! pourquoi cet arbre qui ne produit que de gros fruits non comestibles !  »

Tel il avait dit, tel fut fait. Jules planta, à la sainte Catherine 1906, le marronnier sur le talus bordier de la petite route qui mène au Boulay. Pour faire plaisir à Marina et à Cyrille, ses chers parents, il planta aussi, le même jour, le chêne sur le talus qui séparait les deux parcelles de terre, à égale distance de la route et du chemin. Quant au hêtre, le jeune homme se dit qu’à chaque jour suffit sa peine et qu’il attendrait un peu.

  grandchnemilieuchamp.jpg

Le grand chêne au centre du champ

En 2009, ces deux vénérables arbres continuent d’abriter de leur généreux ombrage les quadrupèdes ruminants. A l’automne, les cyclistes pestent contre les fruits oblongs qui envahissent l’asphalte, au risque d’occasionner une chute. Lors de l’abattage du talus qui séparait les deux champs, dans les années 1980, le beau chêne a été fort heureusement épargné. S’il a souffert des grandes bourrasques de vent qui, peu à peu, lui ont sculpté un tronc tortueux, il est là, témoin d’une époque disparue, celle de l’oncle Jules et du sombre destin qui attendait le jeune homme.

Car ce jeune homme, prénommé Jules Albéric Aimable, était alors âgé de 12 ans, l’année de la plantation du marronnier. Né à la fin du XIXe siècle, il pensait bien voir les arbustes grandir en même temps que lui. D’ici quelque cinquante années, leur ombrage serait apprécié, non seulement des animaux, mais peut-être aussi de ses petits-enfants !

Le sort, hélas, en a décidé autrement.

Jules est devenu un beau jeune homme, secondant chaque jour ses parents agriculteurs, aux travaux des champs, ne pensant pas qu’un tristement célèbre jour d’août 1914, il ne pourrait faire taire les toscins des villages environnants.

Jules a dû quitter sa famille et ses terres !

Presqu’une année d’enfer, dix longs et sanglants mois à l’issue desquels, à l’époque des fenaisons, il est tombé sur le champ de bataille !

S’il m’arrive parfois, lors d’une ballade au clair de lune, ou dans le frais matin  ou bien le soir au crépuscule,  de prêter fort l’oreille près des beaux arbres centenaires, je les entends murmurer doucement la complainte de Jules.

grandchnemilieuchamp.jpg  marronnirdelonclejulesavril2008.jpg  grandchnemilieuchamp.jpg  marronnirdelonclejulesavril2008.jpg

 

( 1 septembre, 2009 )

J’ai honte d’être un humain ! (Plaidoyer)

moijyarriveenchef.jpg

Passionnant moment de découverte de la porte spécial chiens

Tout être vivant a droit au respect, qu’il soit animal, végétal, minéral ou humain !

Pourquoi nous les humains aurions-nous plus de droits que les autres ?

Parce que nous avons un gros cerveau ? Empli de quoi ? D’instruments pour faire la guerre, pour violer, faire souffrir, tuer pour le plaisir, pour la chasse, la religion ?

Chaque animal a son intelligence, dans son domaine, parallèle à la nôtre, digne d’un grand respect.

Il suffit de prendre beaucoup, beaucoup de temps à observer pour comprendre qu’un animal rit, pleure, souffre, a peur, en bref ressent les mêmes choses que nous.

J’ai souvent honte de faire partie de la plus vile catégorie d’êtres vivants sur la terre !

De là vient mon plus grand chagrin.

Un camion rempli d’ovins, de porcins ou de bovins se dirigeant vers l’abattoir, une photo de lévrier Galgos supplicié de la plus cruelle des manières parce qu’il n’a pas gagné la course, un lapin dans un clapier, un poisson rouge dans un si minuscule bocal et qui tournera en rond toute sa courte durée de vie,  un taureau qui n’en finit pas de mourir sous les applaudissements de cinglés en délire dans l’arène, les chiens en vitrine dans les restaurants asiatiques attendant la mort pour satisfaire l’appétit des barbares venus en famille déguster leur plat préféré, l’hermine, le bébé phoque qu’on égorge pour la fourrure !

Comment ne pas hurler en pensant à toutes ces cruautés gratuites et évitables !

Car il est possible de ne pas manger son semblable animal, car il est possible de pratiquer un sport non barbare, car il est aussi possible de respecter un certain confort pour l’animal à la maison, dans le jardin, au champ….

Qui a dit ? 

On n’a pas 2 coeurs : un pour les animaux et un pour les humains : on en a un ou pas du tout ! 

0708090004.jpg

famillechiens.jpg

Une vraie famille !

|