• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 9 février 2015
( 9 février, 2015 )

Brouillard

Ce matin, le brouillard a tout enveloppé de sa grande cape de fines gouttelettes. L’atmosphère est devenue pesante, mystérieuse.

Le grand chêne de l’oncle Jules semble perdu au beau milieu du champ.
Des perles de diamant pendent aux branchettes des arbustes sur le talus.
Et le pauvre soleil, malgré bien des efforts, ne peut pas se résoudre à percer les nuages. Tout est silencieux, les bruits étouffés et les chiens en balade des ombres agitées.
Les feuilles mortes crissent sous les pas et la mousse, cette nuit, a blanchi.
Doudoune, la grande chienne, a repéré la trace fraîche du blaireau qui, chaque nuit, vient se gaver de châtaignes et glands à moitié enfouis dans le sol.
L’isba devra se contenter, cet hiver, de ce genre de manteau et ne partira pas en pays sibérien.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES
SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURESSAMSUNG CAMERA PICTURES

( 9 février, 2015 )

Pensée du jour

sans-titre

« Un jour dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.

Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri, tu n’es pas fou? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu va éteindre le feu! »

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

Pierre Rabhi

|