( 5 novembre, 2015 )

Arrêter le massacre, pour une planète végétarienne…

Un repas de convivialité à la salle des fêtes communale.

Le plat de choucroute avec garniture saucisses et énormes morceaux de jarret passe et s’arrête de convive en convive. Arrivé à ma hauteur, il ne séjourne pas. Alors fuse la question de ma voisine :

-Mais sers-toi donc !

-Non, merci, dis-je discrètement.

-T’aimes pas ?, interroge-t-elle .

-Je ne mange pas de viande.

Haussement d’épaules intérieur, voire ricanement, peut-être même catégorisation immédiate de « Quelle andouille, celle-là ! Elle veut faire dans la fantaisie ! » Ou peut-être juste une interrogation soudaine avant questions qui fusent aussitôt autour de ma personne « pas comme les autres ».

-T’es végétarienne ? Et pourquoi ? Et depuis quand ? Moi j’arriverais pas. J’aime trop la viande ! Tu vas manquer de quelque chose ! Il te reste quoi pour te nourrir ?

C’est quoi un jarret ? Une partie du cadavre d’un animal-être vivant presqu’humain qui a vécu (dans quelles conditions ?), qui a souffert jusqu’à l’abattage.

Inutile d’entamer le dialogue !

Qu’ont ces gens à la place du cœur, ces milliards de gens qui n’ont jamais croisé le regard du poulet dans la gorge duquel ils vont enfoncer le couteau acéré ? Celui du lapin auquel ils osent arracher un œil de son vivant avant les violents coups de bâton lancés à la base de ses longues et douces oreilles ?

lapin 1 O

Pimpin, le joli lapin bélier russe aujourd’hui disparu.

Celui du veau qui vient de passer sa jeunesse cloîtré dans 1m2 de cage bétonnée sans pouvoir faire bouger ses pattes autrement que sur place ? 

foie-gras-2

Celui de l’oie ou du canard au foie malade de la stéatose hépatique nutritionnelle, devenu énorme, pauvre bête si malade et ayant tant souffert à chaque gavage, tuée avant une mort imminente ? 

vache O

Crevette, la génisse qui ne manque jamais de venir nous saluer.

Celui du paisible bœuf ou du mouton qu’on a arraché à sa prairie pour l’égorger ?

Freckles, notre brebis très âgée, si douce...

Freckles, notre brebis très âgée, si douce…

Celui du cochon en batterie qui n’a connu que l’adversité et les morsures de ses codétenus irrités par des conditions de vie dégueulasses ?

 Et celui du poisson qu’on exhibe, pendant et étouffant au bout de l’hameçon qui lui déchire la gorge ?

Celui du faisan tout juste lâché de sa volière, effrayé, apeuré et qui va être tiré dès le lendemain pour le plaisir du sport de la chasse, hélas pas encore enregistré aux Jeux Olympiques ? 

Poules, brebis et chiens font bon ménage à la maison, tous considérés comme nos amis.

Poules, brebis et chiens font bon ménage à la maison, tous considérés comme nos amis.

Tous, animaux et humains, ont le droit au respect.

 

Il nous reste à savourer la généreuse collection de tous les légumes et fruits que peut porter notre Terre Mère, les céréales, les graines oléagineuses, les algues et tant d’autres bonnes choses !

A quand notre jolie planète végétarienne, sans tueries inutiles ?  

« L’homme est véritablement le roi de tous les animaux, car sa cruauté dépasse celle des animaux. Nous vivons de la mort des autres. Nous sommes des tombes marchantes ».
Léonard de Vinci, génie universel

 

« Je crois que l’évolution spirituelle implique, à un certain moment, d’arrêter de tuer les êtres vivants que sont les animaux, simplement pour satisfaire nos désirs physiques ».
Mahatma Gandhi, prix Nobel

 

« Si la cruauté humaine s’est tant exercée contre l’homme, c’est trop souvent qu’elle s’était fait la main sur les animaux ».
Marguerite Yourcenar

 

« Si vous mangez de la viande, ce n’est certes pas parce que la viande est nécessaire pour votre survie, ni pour votre santé : c’est pour atteindre un but qui est à votre goût, peu importe la misère gratuite induite à d’autres êtres vivants, souffrants. »

Steven Harnad

Primevères doubles du jardin refleuries en novembre.

Primevères doubles du jardin refleuries en novembre.

 

Je vous offre ces primevères, en fleurs aujourd’hui 5 novembre 2015. Parce que vous avez été assez courageux pour lire cette page malgré ses durs exemples. Cela égaiera un peu mes propos si tristes et pourtant bien exacts.

 

Pas de commentaires à “ Arrêter le massacre, pour une planète végétarienne… ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|