( 16 novembre, 2015 )

Le visage dans la mousse du talus

Pour un retour aux sources, une plongée dans le ventre de maman, peut-être une arrivée au paradis, s’il existait ! ou plutôt une entrée dans la grande paix du monde après la mort, j’enfouis chaque matin, quelques secondes, mon visage dans la mousse du talus.

mousse 1 O

« Drôle de rituel ! », me direz-vous.

"Mais que fait-elle donc ? Elle n'a pas un nez de chien !"

« Mais que fait-elle donc ? Elle n’a pas un nez de chien ! »

mousse 2

Me viennent aussi chaque fois en mémoire les Noëls de mon enfance, lorsque maman nous demandait d’aller chercher un peu de mousse pour tapisser l’entrée de la crèche. Nos croyions encore aux contes et légendes à cette époque !

mousse 3 O

Le retour à la terre mère grâce au visage offert à la pluie, aux flocons de neige, au doux soleil ou à la mousse, grâce aux pieds nus dans l’herbe humide ou les vaguelettes sur la plage, grâce aux mains caressant la branchette du sapin, l’écorce rugueuse du chêne, la poignée de feuilles mortes, tout nous est offert en permanence.

"Moi, je sens, je sens ...une musaraigne !"

« Moi, je sens, je sens …une musaraigne ! »

 

mousse 5 O

Il nous faut juste être attentif et trouver le moment ! 

mousse 8 O

« Ne te tracasse pas, Riri. Elle va bien en sortir, de son trou de mousse. Et la balade va continuer ! »

Enfouir son visage dans la mousse pour oublier les massacres, pour cacher sa honte d’être un humain au potentiel énorme, pour zapper un instant la laideur de la vie, la trahison, le mensonge, enfin pour survivre…  

L’espoir d’un matin toujours frais après une veille en dents de scie !

1 Commentaire à “ Le visage dans la mousse du talus ” »

  1. Karine dit :

    Te lire me donne du bonheur et souvent j’en ai les larmes aux yeux tellement tu es dans le vrai . Continue Merci <3

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|