( 9 janvier, 2016 )

Mon coin de paradis

Je connais un coin de paradis, à quelques lieues d’ici. Une ancienne carrière depuis longtemps désaffectée et qu’a achetée un entrepreneur pour y déposer des gravats.

Les pattes dans la menthe sauvage

Les pattes dans la menthe sauvage

Rassurez-vous ! Plus aucun « gravat » (terme incorrect puisque seulement au pluriel), nous dirons « déchet » n’est jeté dans cet endroit.

tordus 2

Branche rampante, invitation à s’ asseoir et ouvrir un livre.

Dame Nature y a repris ses droits, friches et arbustes s’en donnant à cœur joie et reboisant peu à peu le lieu.

Si, en période de chasse, le site est fréquenté par quelque giboyeur en quête, juste pour le plaisir de tuer !, d’un lapin de fausse garenne ou bien d’un faisan d’élevage lâchés la veille et quelque peu perdus, nous n’y avons, mes cinq amis canins et moi, jamais rencontré âme qui y vive.

tordus 7

Est-ce la queue d’un renard qui rentre au logis, là-bas dans les fourrés ?

Sauf les oiseaux habitués de ce jardin d’Eden.

Faux renard apprivoisé, c'est Brouky le curieux.

Faux renard apprivoisé, c’est Brouky le curieux.

J’y entre comme dans une cathédrale romane ou bien un château, par exemple celui de la Belle au Bois Dormant, ou encore une chapelle, une petite chapelle au fond de la vallée. 

En silence et religieusement.

Elégantes cardères à foulon

Elégantes cardères à foulon

 

Vous me suivez ?

A chaque détour du sentier qui le traverse de part en part, un nouvel horizon !

tordus 16

L’entrée mystérieuse, sombre, ombragée de branches vous frôlant au passage, de cailloux ou de trous d’animaux vous invite à prendre garde et mériter le sentier sinon gare à la chute !

tordus 30

Sur la droite, un chemin sans issue, à l’herbe généreuse, qui ne conduit nulle part.

Vaste étendue herbue, l'hiver devenue lac.

Vaste étendue herbue, l’hiver devenue lac.

En contrebas, les Everglades asséchées, ces marais de Floride, au fond desquels des branches partant du sol tracent un décor étrange et ténébreux, inattingibles l’hiver quand l’eau a envahi la zone, la transformant en lac mi-féérique mi-angoissant.

tordus 20

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Hiver 2014. Cette année, pas de lac.

A l’opposé, l’énorme trou béant de la carrière, envahi, en période sèche, par les menthes parfumées et les mousses épaisses, lui aussi devenu mini lac Léman après un automne pluvieux, une large et profonde cuvette au-dessus de laquelle s’élève parfois un voile de brume enchanteur. Les saules y plongent allègrement racines et basses branches.

tordus 1

J’aime longer le sentier de l’éphémère étang, traçant mon chemin entre les sournoises ronces aux pièges dissimulés au sol et les épines aux piquants acérés.

Soudain s’arrête le chemin, invitant à revenir sur nos pas.

tordus 4

Attention ! En période de pluies prolongées, il ne faut pas glisser au risque de tomber à l’eau et de ne pouvoir remonter car le bord est abrupt et l’eau profonde ! 

Et sur le côté droit, le bois de taillis épais, juste au-dessous de la route peu passagère.

 

Avec tas de cailloux et de débris depuis longtemps recouverts de végétation.

Entre ciel et terre, ce coin perdu, havre de calme, de solitude et de méditation, terre d’exploration pour mes cinq amis canins, la truffe un instant au sol, puis reprenant leur course, à toute allure le long du sentier.

En voyage au pays mystérieux !

En voyage au pays mystérieux !

Voyage chaque fois renouvelé, jamais le même !

Un voyage à l’image de mon cœur, un jour calme et joyeux, le lendemain débordant de craintes et de doutes, de peurs, de panique et d’angoisse.

Rêve d’un monde clos, à l’abri des méchants et des sots !

 

1 Commentaire à “ Mon coin de paradis ” »

  1. Anonyme dit :

    oui nous y sommes allés aux everglades…sauf qu’ il y avait des crocodiles….mais c est leur paradis car la végétation est faite de roseaux…
    une sorte de mangrove.. merci nelly pour ce récit ça nous ramène à un voyage d il y a une trentaine d années….
    …..oh là là

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|