• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 10 septembre 2016
( 10 septembre, 2016 )

Près du tombeau

 

Ayant photo à prendre au cimetière de Bricqueville-sur-mer, ce lundi 5 septembre, pour illustrer le texte sur Maurice, le journalier de mon enfance, j’ai dû passer devant ce lieu terrible.

 De leur passage terrestre, il reste un tombeau, belle plaque de marbre bien lisse, savamment œuvrée et ces inscriptions élégamment gravées en lettres d’or. Une vision polie, proprette et apaisante des restes de papa, de maman. Soudain la grande émotion, les larmes qui se mettent à couler encore, trois ans après la mort de celle qui me donna la vie et de celui qui, par amour, l’aida à me concevoir.tombe papa et maman

Dessous le tombeau, pauvres lambeaux de chair et d’os, vision apocalyptique, cauchemardesque de ces deux corps décomposés, impossible à ignorer lors d’une furtive et rare visite. Le regard transperce soudain cette pierre tombale, rencontre la réalité, devenue laideur, de ceux qu’on a aimés.

Frissons dans tout le corps, envie de fuite au plus vite, de ne plus jamais revenir en cet endroit maudit, le cimetière de nos chers êtres ! Je m’étais pourtant bien promise d’éviter ces rencontres infructueuses, destructrices, sources de chagrin renouvelé !

tombe papa et maman 2

Papa, maman, je ne les veux qu’au plus profond de mon cœur, en bonne santé, joyeux et attentifs, même en colère et exigeants, voire grincheux, chamailleurs et taquins, en vie pour toujours tels qu’ils étaient, bien avant cette histoire de mise au tombeau !

 

Poème de Paul FORT

Il faut nous aimer sur terre,
il faut nous aimer vivants

Ne crois pas au cimetière
il faut nous aimer avant.

Ta poussière et ma poussière
deviendront le gré des vents.

 

|