( 25 septembre, 2016 )

Naufrage

Mon cœur saigne et pleure à chaque déflagration qui déchire l’air pourtant pur de ce pluvieux matin du dimanche 25 septembre. Des millions de petits êtres sont et vont être aujourd’hui assassinés froidement, sans pitié, par des chasseurs abrutis et sans âme. Comment peut-on quitter le logis familial pour s’en aller accomplir des massacres de pauvres animaux apeurés et fuyants ? Et rentrer au foyer, la besace sanglante, encore frémissante et tiède, sourire à sa funeste prise et dire, d’un ton idiot : « J’en ai eu quatre. Dommage ! J’en ai touché deux autres mais les ai pas retrouvés ! »

Photo citations-et-panneaux.blogspot.com

Photo citations-et-panneaux.blogspot.com

Mon cœur se meurt, j’ai mal au ventre. Où me cacher ? Dans quel pays me réfugier ?

Et ce couple qui meurt aussi, à coups d’assassinats verbaux, de gifles morales traîtresses et de mensonges innombrables, de faux et vains dialogues  ! 

La vie a-t-elle vraiment un sens ? Vaut-elle encore la peine d’être vécue ? Ma petite voix  m’abandonne, je ne l’entends désormais plus.

Il est ainsi des jours comme des actions, bons ou mauvais, pluvieux ou ensoleillés. Demain sera peut-être meilleur ! car, comme le disait Paul Fort, le poète :

« La vie nous donne toujours une seconde chance qui s’appelle demain. »

Toujours de Paul Fort, ces deux poèmes évocateurs :

CHANSON DU PETIT MOUTON QUI BELE SUR LA FALAISE
C’est un petit mouton bêleur qui ne sait s’il a du malheur.

Il bêle parce que bêler, c’est comme étoiles s’étoiler.

Même la nuit tout seul il bêle. Pas même un feu rose à la ronde…

Il bêle vers la mer profonde toute la détresse du monde.

 

L’ ECUREUIL

- Ecureuil du printemps, écureuil de l’été, qui
domines la terre avec vivacité, que penses-tu
là-haut de notre humanité ?

– Les hommes sont des fous qui manquent
de gaîté.

- Ecureuil, queue touffue, doré trésor des bois,
ornement de la vie et fleur de la nature, juché
sur ton pin vert, dis-nous ce que tu vois ?

– La terre qui poudroie sous des pas qui
murmurent.

- Ecureuil voltigeant, frère du pic bavard, cousin
du rossignol, ami de la corneille, dis-nous
ce que tu vois par delà nos brouillards ?

– Des lances, des fusils menacer le soleil.

- Ecureuil, cul à l’air, cursif et curieux, ébouriffant
ton col et gloussant un fin rire, dis-nous
ce que tu vois sous la rougeur des cieux ?

– Des soldats, des drapeaux qui traversent
l’empire.

- Ecureuil aux yeux vifs, pétillants, noirs et
beaux, humant la sève d’or, la pomme entre
tes pattes, que vois-tu sur la plaine autour de
nos hameaux ?

– Monter le lac de sang des hommes qui se
battent.

- Ecureuil de l’automne, écureuil de l’hiver, qui
lances vers l’azur, avec tant de gaîté, ces
pommes… que vois-tu ?

Demain tout comme Hier.

Les hommes sont des fous et pour l’éternité.

 

 

Pas de commentaires à “ Naufrage ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|