( 27 septembre, 2016 )

Au fond du gouffre

Le cafard des jours sans, des heures moroses, des nuits peuplées de cauchemars, vous connaissez, vous aussi ? C’est le commun de tous les mortels, plus ou moins important. Un passage à franchir, tels les gros nuages qui glissent dans le ciel et laissent enfin apparaître le bleu de l’azur.

Et comme écrire m’est devenu besoin vital, je trouve réconfort en disant les choses. Car si l’amitié est une thérapie, l’écriture l’est aussi. 

tordus 16

Vous arrive-t-il, à vous aussi, de vous trouver

Au fond d’un gouffre effrayant et adverse ?

Un trou noir dans lequel, jusqu’au cou empêtré,

L’on songe à s’évanouir, tant ce vide bouleverse.

 

Une ombre rigolante vous regarde d’en haut,

Maléfique, perverse, cruelle, épouvantable,

Insensible et hautaine. A sa main, une faulx.

Silhouette de mort, forme abominable.

 

Sur un côté, à l’orient, une lueur.

Un minuscule éclat de lumière scintille,

Une étoile lointaine, juste un tout petit cœur.

Approche-toi de moi, douce étoile qui brille,

 

Comme un léger appel vers un futur meilleur,

Une invitation à nous donner la main

Et parcourir ensemble, loin du chemin des pleurs,

La longue et tendre allée pour un autre demain.

ramurechne.jpg

 

 

 

 

1 Commentaire à “ Au fond du gouffre ” »

  1. Anonyme dit :

    Et oui l amitié est une réelle thérapie. La lecture de ton blog aussi. C est tellement vrai tout ce que tu écris.. alors regardons dehors la nature est si belle……

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|