• Accueil
  • > CROQUENOTES
  • > Histoire simplifiée des Malgré Nous, habitants de provinces perdues
( 10 janvier, 2017 )

Histoire simplifiée des Malgré Nous, habitants de provinces perdues

Georges Logel

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous n’aimez pas l’Histoire, passez votre chemin. Si, curieux, vous voulez  connaître quelques épisodes souvent ignorés et toujours tus dans les livres d’Histoire de France, jetez un œil.

Et si demain, une vilaine « black war », mettait notre chère Normandie en Grande-Bretagne…….. Non, seule la fiction pourrait l’imaginer !

Cliquer sur le texte en bleu pour avoir accès à sa lecture.

 

Le drame a commencé au traité de Francfort, en 1871. Une histoire de guerre entre la France et la Prusse (Allemagne), cette dernière sortant vainqueur, Napoléon  III qui avait piqué en 1859, à l’Italie, Nice et la Savoie, est vaincu et doit céder l’Alsace et la Lorraine.

Empereur déchu, accès à la République.

On rumine, on râle et veut reprendre les chères provinces.

Eternel tourbillon de guerre.

La revanche, ce sera, quarante années plus tard, 1914-18. Et la reprise des Alsace et Lorraine (contenant les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle) si chères. A quel prix ?????

L’esprit revanchard germanique n’est pas mort et, rebelote ! Une vingtaine d’années plus tard, un an après le début de la Seconde Guerre Mondiale, le Führer annexe les deux provinces, pour cinq longues années.

Ce chant, écrit en 1885, conte l’histoire de ces populations (plus d’un million d’habitants) ballottées au fil des victoires et défaites, obligées de parler la langue de l’occupant, souvent privées de liberté.

Le violon brisé

 


1-Sur la route poudreuse et blanche
Où nos drapeaux ne passent plus
Un vieillard va, chaque dimanche,
Rêver seul aux pays perdus.
Parfois de sa lèvre pâlie
Monte une plainte vers les cieux
C’est le regret des jours joyeux
Et c’est l’histoire de sa vie

Refrain
Ils ont brisé mon violon
Parce que j’ai l’âme française
Et que, sans peur, aux échos du vallon
J’ai fait chanter la Marseillaise !

2-J’ai voulu savoir cette histoire
Il me l’a contée en pleurant ;
Gardez-la en votre mémoire
C’est celle d’un cœur simple et grand :
Un soir, me dit-il, sous les chênes
Je faisais danser les enfants
Quand les ennemis triomphants
Jetèrent l’effroi dans nos plaines !

3-Tous s’enfuyaient devant leurs armes
Rouges, hélas ! de sang français ;
Fou de douleur, cachant mes larmes
Tout seul vers eux je m’avançais
-  Qui donc es-tu, toi qui nous braves ?
Firent-ils en me renversant ;
-  Je suis, dis-je, en me redressant
L’ennemi des peuples esclaves.

4– Tu railles bonhomme ? Eh bien joue
Les hymnes chers à notre roi !
Alors leur main souilla ma joue
Mais la France vivait en moi !
Je jouai de Rouget de Lisle
L’ardent et sublime chanson ;
Ils brisèrent mon violon
En voyant leur rage inutile.

Eh bien, ceux que nous avons appelés « Malgré Nous », ce sont ces jeunes garçons et filles qui, subitement déclarés allemands en 1940, alors que, la veille, leur patrie était la France, sont obligés, à partir du printemps 1942, de combattre leur propre peuple, et sous l’uniforme allemand. 100 000 Alsaciens et 30 000 Mosellans (1% du contingent des forces allemandes) vont ainsi, contre leur gré, bien malgré eux, se retrouver sur le Front de l’Est ou dans les combats en Normandie. Les plus jeunes avaient 17 ans. Les plus courageux ont déserté dès qu’ils l’ont pu au risque de se faire tuer ou de voir leurs familles exterminées. Certains ont réussi. 30% furent tués ou portés disparus.

Voici l’histoire de deux d’entre eux, telle que je l’ai publiée dans la presse, grâce aux précieux documents fournis par Jean Bézard, un historien qui passe sa vie à rechercher traces de ces Malgré-Nous et de leurs sauveurs normands.

Incorporé de force

 

 

 

 

 

Pas de commentaires à “ Histoire simplifiée des Malgré Nous, habitants de provinces perdues ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|