( 26 avril, 2017 )

Vivre avec son coeur…

Valse n° 15 opus n° 39 Johannes Brahms, interprétée par Jeno Jando.

 

Pendant que je conte mes histoires sur le blog, dans ma tête me viennent régulièrement ces pensées : « Tu ferais mieux d’astiquer tes meubles ! Et ces vitres de la véranda, va donc les briquer ! La poussière, tu l’as faite cette semaine ? Et cette étagère toute en désordre, quand vas-tu t’y mettre ?  »

Je préfère écrire ! Tant pis !! C’est ainsi !!!

narcisses 2 OVivre avec son cœur, non point la main collée au chiffon à poussière, au balai mécanique ou électrique, à la cire à meubles ou au pschitt à vitres.

Vivre avec son cœur car les actions ainsi accomplies sont bienfaisantes, réjouissantes, enrichissantes, multicolores, parfumées et savoureuses.

Mon cœur palpite au son des touches de ce clavier, rendez-vous quotidien incontournable avec vous, avec moi-même, avec cette vie qui m’entoure, la nature, les animaux, les souvenirs, les espoirs, les enfants, les ami(e)s.glycine 5 o

Confier à la page blanche  ce qui doit être dit.

Choses insignifiantes, petits riens d’un parcours, aperçus fugitifs  : d’un minuscule ru au fond de la prairie jaillit une cascade au flanc de la montagne. Et je m’emporte et je m’étends, avide de tout vous livrer, pour la joie de nous lire, de nous écrire, de passer un petit moment en votre compagnie, autour d’une tasse encore fumante, pleine de signes de notre belle langue française, délicatement remués avec cuiller en plume, patiemment assemblés jusqu’au point terminal. bal 5

Une fois publiée, tel un pigeon voyageur porteur d’un petit message, la page est offrande non timbrée, partage libre et gratuit.

Et peut-être sourire aux lèvres du visage d’en face ! Vivre avec son coeur... dans CROQUENOTES louis-et-denise-mes-parents

( 25 avril, 2017 )

Cet exquis oranger du Mexique…

 

Nun stehen die Rosen in Blüte Johannes  Brahms

Quelle bonne idée a eue, il y aura bientôt deux cents ans,  cet Aimé Goujaud-Bonpland (1773-1858),  chirurgien rochelais et botaniste de renom, de rapporter lors d’une de ses nombreuses expéditions en Amérique du sud, quelques plants de cet oranger… sans oranges. choisya 2Et ainsi de me permettre de poser yeux et nez sur ses merveilleuses fleurs délicieusement parfumées ! Des centaines de petites étoiles immaculées éclatant sur le feuillage vert anis. Tellement généreuses qu’elles réapparaissent à l’automne, plus timides, souvent surprises par les premiers frimas. Qu’à cela ne tienne ! Au printemps suivant, les voici illuminant l’endroit. choisya 3

L’arbuste se nomme Choisya ternata, cousin germain de l’oranger mais ne produisant jamais d’oranges. Les Anglophones l’appellent d’ailleurs faux oranger (mock orange).

Choisya, en l’honneur du philosophe et botaniste suisse Jacques Denis Choisy (1799-1859).

Et ternata parce que mot latin désignant « regroupé 3 par 3″, en parlant des feuilles et des fleurs.

choisya 1

Mouton, poules et chiens se réfugient souvent sous le feuillage dense de l’arbuste. Apprécieraient-il, eux aussi l’enivrant parfum du végétal ?

choisya 3bis

 

 

 

 

( 19 avril, 2017 )

Hymne aux fleurs de mon verger

pom 1 0Pureté virginale de la fleur du poirier,

Pétales veinés d’incarnadin chez le pommier,

Au sauvage cerisier immaculées corolles,

Flocons de Reine Claude déjà dans leur envol !

Féérie des clairs printemps, beautés éternelles !

Ma Religion, ma Bible, la paisible nature

Et ses joyaux que, chaque saison, elle nous procure.

Déité sans pareille, Parfum incomparable

De cette vie trop souvent pitoyable !

pom2O

 

 

 

 

 

( 17 avril, 2017 )

Les secrets de l’île Pamplemousse Epilogue

 

 

 

175px-Dronte_dodo_Raphus_cucullatus             

JJF et le dodo de l’île Maurice

 

 

Hélas non, l’oncle Jean Joseph Fauchon n’a pas rencontré de dodo pendant son séjour d’un quart de siècle sur l’île volcanique de l’océan indien. Pour cause, car le dernier des volatiles qui ne savaient plus voler s’est éteint vers les années 1690. Les secrets de l'île Pamplemousse Epilogue dans HISTOIRES DE FAMILLE : puisons dans le passé 170px-DodoMansur

 

Pourquoi l’animal a-t-il disparu ?

Ce très gros cousin germain des pigeons, endémique de l’île Maurice, au plumage grisâtre, aux ailes très courtes et aux robustes pattes, devait peser vers les 25-30 kg. 170px-Dodo dans HISTOIRES DE FAMILLE : puisons dans le passéParce qu’il n’avait aucun prédateur avant l’arrivée de l’homme, notre pigeon géant n’avait peur de rien, pas même de ces espèces bipattues elles aussi, venant d’Europe à la conquête de tout ce qu’elles rencontraient, pillant et tuant tout sur leur passage : les hommes. Y compris ces gros poulets bons à rôtir de suite même si, paraît-il, leur viande n’était pas très succulente. Bel et bien disparu à tout jamais, ce dodo !

Petite leçon d’anglais, à ce propos.

« Dead as a dodo », disent nos compatriotes brexitains. « Aussi mort qu’un dodo ».170px-Dronte_17th_Century

Ou encore « To go the way of the dodo », « prendre le chemin du dodo » = disparaître.

Je vous souhaite de ne pas encore prendre ce chemin pour profiter de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( 15 avril, 2017 )

Les secrets de l’île Pamplemousse Chapitre 3

Foi de Fauchon ! Puisque la famille de JJF a attendu trois longues années que frère, oncle ou cousin daigne réapparaître et fouler enfin le sol manchois, vous pouviez, vous aussi, patienter une courte journée afin de connaître la suite de l’histoire véridique !

Merci à images-toutcharger.jpg

Merci à images-toutcharger.jpg

Nous sommes en 1821. Deux voiliers à l’horizon du port de Granville. Les trois-mâts sitôt accostés, de l’un débarque l’homme en soutane qui s’empresse, faute de portable, smartphone ou Iphone, de commissionner un messager pour prendre la diligence et aller prévenir, à Ouville, son neveu Jean-François Fauchon des Taillis.

« Tu diras à mon cher neveu qu’il m’envoie quelques-uns de ses domestiques pour m’aider à décharger mes bagages, (mes sacs de pommes de terre, dit la légende !). » 

La carriole parut, aux chevaux, bien lourde à tirer sur le chemin du retour. Car ces patates étaient en or. Deux vaisseaux chargés de sacs d’or ! Lingots et pièces sonnantes et trébuchantes vite investis en l’achat du château tourvillais de la branche aînée des Costentin de Tourville, ancienne demeure du grand maréchal de France Anne Hilarion de Costentin, comte de Tourville (1642-1701).

A noter que JJF avait déjà préparé son retour de milliardaire puisque, un an avant de quitter l’île Maurice, le 3 septembre 1817, il avait chargé maître Piton, un notaire de Coutances, de lui réserver ce beau manoir tourvillais de la Vallée pour la coquette somme de 50 000 francs-or, avec terres et dépendances.

Photo du manoir de la Vallée, transmise par Annie Drieu, une autre cousine de l'oncle aux milliers d'écus, que je remercie.

Photo du manoir de la Vallée, transmise par Annie Drieu, une autre cousine de l’oncle aux milliers d’écus, que je remercie.

 

Anne Hilarion de Costentin, comte de Tourville. Merci à Wikipédia

Anne Hilarion de Costentin, comte de Tourville. Merci à Wikipédia

L’amiral était décédé depuis plus d’un siècle à cette époque. Vous avez croisé son imposante statue trônant dans le bourg de Tourville !

Amiral de Tourville. Merci à Wikipédia

Amiral de Tourville. Merci à Wikipédia

Annie Drieu, une autre descendante des Fauchon, bien renseignée, me signale un détail d’importance qui expliquerait ce mystère de la vie du prêtre entre 1818 et 1821. « Le cadastre de l’île de France fait état d’une propriété agricole au nom de Fauchon et ce alors même que notre curé y était installé ». S’il a mis tant de temps entre la décision de quitter l’île et son arrivée à Granville, c’était peut-être le temps nécessaire à « liquider ses avoirs fonciers et intérêts dans l’île« , note-t-elle. Bizarre, bizarre, un prêtre si riche !!!! 

Quant à ce manoir de la Vallée, toujours existant mais très modifié, s’il a été acheté par l’oncle milliardaire en 1817, il est resté dans la famille Fauchon jusque dans les années 1880, signale-t-elle.  

Nombreux autres achats de rentes de l’Etat, de terres à Trelly, Ouville, Saint-Pierre de Coutances, Saint-Denis-le-Vêtu, Une maison à Coutances, une autre à Saint-Lô où il s’installera jusqu’à sa mort le 10 janvier 1836, à l’âge de 78 ans. Pas fou, le saint homme, qui testa le 18 septembre 1835, à peine quatre mois avant de trépasser, en faveur de son cher neveu Jean-François Fauchon Le Taillis (1775-1866) d’Ouville, qui deviendra du jour au lendemain riche à millions, et le frère de celui-ci, Denis Florentin Fauchon La Fosse (1782-1852) de Saint-Denis-le-Vêtu, qui habitait à la Petite Barbouyère, la demeure dans laquelle était né JJF. L’abbé cependant généreux « fit de nombreux legs aux communes dont deux à Saint-Denis-le-Vêtu pour aider les indigents, les vieillards et instruire les enfants, outre 80 ares à la cure de la paroisse à charge de faire célébrer douze messes l’an pour le repos de son âme, fondation épargnée en 1905« , notait Michel Vergé-Franceschi, historien et professeur d’Histoire Moderne à l’université François Rabelais de Tours. « Tiens, tiens, le repos de son âme n’eût-il pas été d’emblée acquis ? », me dis-je. Notre oncle avait-il quelque chose à se reprocher ? Dernière bonne action : à son petit neveu Frédéric Fauchon (1809-1870), le frère aîné de Florentin Fauchon (1813-1887), père de mon arrière grand-père Cyrille Fauchon (1862-1928), arrière grand-père dont je me souviens vaguement de l’épouse Marina (1867-1952), mon arrière grand-mère, à son petit neveu donc, prêtre lui aussi, l’oncle de l’île Maurice léguait les meubles de sa maison de Saint-Lô, 500F de rente annuelle viagère et la jouissance de sa maison de Saint-Lô, laquelle devrait être annexée, à sa mort, selon son vœu, au couvent du Bon Sauveur et qui devint en 1870 le presbytère de la communauté. 

 

Le 2 septembre 1885, la veuve du neveu héritier mort sans postérité depuis 19 années, Rosalie Desbarres, alors à l’agonie puisqu’elle décéderait le lendemain, et sa sœur Euphémie devenue sœur Saint-Bernard, remettaient un sac d’or pour reconstruire la chapelle des Augustines de Coutances. On dit que plusieurs belles armoires normandes que possédait l’hôpital de Coutances venaient du legs du curé Fauchon.

Il est facile d’être généreux quand on est riche !

 

Derniers imprécis petits détails : ma grand-mère possédait trois minimes objets provenant de l’oncle de l’île Pamplemousse, un bocal à pruneaux, une loupe et…… mais pas une seule pièce d’or !

Sources : Histoire de Saint-Denis-le-Vêtu, fascicule de l’abbé Henri Legoupil.

            Les Fauchon de Michel Vergé-Franceschi

            Les récits oraux de maman et ma grand-mère Angélina Lejolivet, née Fauchon. 

 

 

 

 

 

( 13 avril, 2017 )

Les secrets de l’île Pamplemousse Chapitre 2

Symphonie Du Nouveau Monde No.9, En Mi Mineur,.mp3

Revenons à notre mouton en soutane, ou plutôt à notre abbé Jean-Joseph Fauchon, né au hameau de la Petite Barbouyère à Saint-Denis-le-Vêtu le 19 avril 1758, baptisé, le lendemain, par son oncle Jacques-Jean, le vicaire. Décidément, encore un curé Fauchon !

Certainement le nez dans les études jusqu’à l’âge de 28 ans et le voilà nommé acolyte en 1780. Non, rien à voir avec l’emploi de boissons alcoolisées, rassurez-vous ! Non, le rôle de JJF, c’est d’accompagner le prêtre et le diacre pour leur rendre tous les services possibles lors de la liturgie d’un sacrement. Bref, un grand enfant de chœur qui, l’année d’après, on est en 1781, deviendra sous-diacre. Enfin nommé prêtre à 26 ans, sans ministère.

 

Voilier. Merci, Wikipédia

Voilier. Merci, Wikipédia

Comme il n’est pas fonctionnaire, JJF n’aura pas à prêter serment à la Révolution mais s’enfuira quand même avec son oncle baptiseur et le curé local vers Jersey pour échapper aux persécutions et à la coupeuse de têtes bien aiguisée nommée guillotine.

Plusieurs milliers de prêtres réfractaires et notre JJF se réfugieront à Jersey pendant la Révolution.

Plusieurs milliers de prêtres réfractaires et notre JJF se réfugieront à Jersey pendant la Révolution.

Pour notre exilé ecclésiastique, pas question de rentrer en Normandie !

 

Notre prêtre se révèle une âme de globe-trotter et s’embarque pour l’Isle de France (Maurice). Combien de jours de bateau ? Un mois peut-être ?

Quelle drôle d’idée !  Pour y évangéliser les autochtones ? Par envie d’exotisme ? Pour s’enrichir ? Notre tonton pasteur a hélas emporté son secret dans sa tombe !

Sur l’île peuplée de 45 000 habitants à cette époque, sept prêtres seulement. Quinze ans plus tard, il n’en resterait que trois dont JJF.

Le voilà curé à Saint Julien de Flacq puis à Saint François d’Assises de Pamplemousses. Ca y est ! Le premier secret est levé ! Ecrivait-il à sa famille proche : « Je suis à Saint François de Pamplemousses » ? Famille qui annonçait aux autres membres : « L’abbé est à Pamplemousse ! »  D’où l’inexactitude parvenue jusqu’à ma grand-mère qui me l’a retransmise en évoquant l’oncle de l’île Pamplemousse, alors qu’il s’agissait de l’Isle de France ou île Maurice.

Saint François de Pamplemousses existe toujours. Situé dans le district du Nord-Ouest de l’île.

Le district de Port Louis où se trouve Saint François de Pamplemousses.

Le district de Port Louis où se trouve Saint François de Pamplemousses.

Son église, l’un des trois plus vieux édifices religieux de l’île, a été bâtie en 1756. Toute en pierres noires volcaniques.

 

L'église Saint François de Pamplemousse

L’église Saint François de Pamplemousse

C’est donc dans un édifice quasi neuf qu’officiait le grand oncle.

Vue du jardin botanique

Vue du jardin botanique

A deux pas du jardin botanique  débuté par Bertrand Mahé de la Bourdonnais, amiral et gouverneur de l’île,  et achevé par Pierre Poivre

Buste de Pierre Poivre à l'entrée du Jardin Botanique de 37 ha.

Buste de Pierre Poivre à l’entrée du Jardin Botanique de 37 ha.

 

vers 1770.

Vue du jardin botanique

 

Après un quart de siècle passé à 9 658 kilomètres de sa famille, le 3 juin 1818 JJF décide de rentrer au pays natal. Or le second mystère ne fait que commencer car notre abbé voyageur ne réapparaîtra au port de Granville que trois ans plus tard, en 1821, avec deux voiliers chargés de …………

La suite à demain, si vous le voulez bien.

 

( 12 avril, 2017 )

Les secrets de l’île Pamplemousse – Histoire vraie – Chapitre 1

The Apache Honoring Song tiré de Ballades Des Indiens d’Amérique  par Walela Feat. Rita Coolidge

Enfin j’ose m’attaquer à cette histoire de l’oncle Fauchon. Je dois l’écrire en plusieurs chapitres, je risquerais de vous fatiguer et moi de même, avec un long texte. La patience étant donc mère de toutes les vertus, soyez…..patients.

J’ai souvent entendu maman et sa maman, ma grand-mère Angélina, née Fauchon, arrière-arrière petite nièce de notre héros Jean Joseph Fauchon, évoquer l’île Pamplemousse.

L'île Maurice

L’île Maurice

 

Je ne la trouve, hélas, dans aucune note historique. Une chose est quasi certaine, cette île mystérieuse est l’île Maurice actuelle. Il est vrai que l’île, au gré des visiteurs, a connu abondance de noms. Appelée Dina Arobi, au Moyen-Age, par les navigateurs arabes puis Cirne, début XVIe sècle, par les Portugais, Maurice par les Hollandais, à la fin du même siècle, en l’honneur de leur futur souverain Maurice de Nassau, prince d’Orange.

Maurice de Nassau

Maurice de Nassau

 

Et nous, les Français, l’avons rebaptisée Isle de France mais l’avons perdue en 1810 au profit des Britanniques la renommant Maurice.

En créole, Moris, et en hindi मॉरिशस.

Détail capital : JJF (appelons ainsi l’ancêtre) était, le 8 février 1793, curé de la paroisse de Saint-Julien de Flacq.

Le district de Flacq

Le district de Flacq

Or Flacq, c’est le plus grand des neuf districts de l’île volcanique. Je vous laisse savourer les délicieux noms créoles des autres villages du district.

Fait-il bon habiter aux Quatre Cocos, au Trou d’Eau Douce ou à Lalmatie ?

Nom population
Lalmatie 10 404 habitants
Brisée Verdière 7 374
Médine-Camp de Masque 7 244
Poste de Flacq 7 133
Bon Accueil 6 553
Laventure 6 171
‍ Écroignard 5 952
Sébastopol 5 745
Quatre cocos 5 724
Trou d’Eau Douce 5 665
Camp de Masque Pavé 4 520
Camp Ithier 4 401
Olivia 3 980
Quatre Sœurs 3 515
Saint Julien d’Hotman 3 335
Saint Julien 3 188
Queen Victoria 3 025
Camp de Masque 2 721
Grand Rivière Sud Est 2 472
Mare La Chaux 2 058
Clémencia 1 835
( 11 avril, 2017 )

Symphonie safranée

 

Sehnsucht nach dem Frühlinge  ou Komm lieber Mai  Mozart

Symphonie du printemps, chaque an renouvelée,

Pissenlits Florin d'or

Pissenlits Florin d’or

Talus en fête, prairies fleuries, jolis murets,

Ficaires fausses renoncules jaune soleil

Ficaires fausses renoncules jaune soleil

Dominances d’ocre, canari, jaune poulette,

Primevères, jaune citron ou poussin

Primevères, jaune citron ou poussin

Pointillés de violettes, d’asters, de pâquerettes.

Epineux ajoncs jaune paille

Epineux ajoncs jaune paille

 

 

Tant de beautés offertes, harmonie des couleurs,

Ne froissez pas les ficaires en les baptisant boutons d'or !

Ne froissez pas les ficaires en les baptisant boutons d’or !

 

 

Subtile délicatesse, mélodie du bonheur.

Jonquilles, langueur d'amour.

Jonquilles, langueur d’amour.

Mon cœur se réjouit du concert que donnent les fleurs,

Primevères tendresse, affection pure

Primevères tendresse, affection pure

 

 

 Bel hymne du silence, de la fête en couleurs. 

( 9 avril, 2017 )

Mon cher Narcisse

J’ai bien pensé à toi ce matin en contemplant les jolies fleurs auxquelles tu as donné ton nom.

narcisses

Sur le talus du haut du champ, les mignonnes Amaryllidaceae que j’interrogeais sur l’origine de leur patronyme m’ont conté ton drame.

Pauvre Narcisse, pourquoi, dès ta naissance, a-t-on posé une contrainte à ta vie ! Pourquoi ce stupide Tirésias a-t-il décidé que ton existence serait longue à une condition : « Il atteindra un grand âge s’il ne se connaît pas ! »

narcisses 2 O

Il est vrai que tu n’aurais peut-être pas dû repousser la jolie Echo ! Tu sais, elle était vraiment amoureuse de toi !

Pauvre Narcisse, le ciel s’est vengé ! Et quelle vengeance !

Te souviens-tu du jour où, profitant d’un superbe soleil printanier, dans ce bois à quelques verstes de ton domicile, charmé par le chant de la source, tu t’es penché au-dessus de l’onde et as vu ton reflet dans l’eau limpide ? Si j’eusse été la beauté personnifiée, moi aussi je serais tombée amoureuse de mon image. Où est le mal ?

narcisses 3 O

« Il faut s’aimer soi-même avant d’aimer les autres« , hurlent aujourd’hui tous les psychologues. Cette lame effilée à ton ceinturon, pourquoi l’as-tu retournée contre toi ? Un suicide pour rien, mon pauvre beau Narcisse.  

Sache cependant que, là où ton sang a coulé, dès le lendemain la nature a engendré une jolie fleur d’un blanc immaculé, au cœur d’or. En ton souvenir, les hommes l’ont appelée narcisse.

Sais-tu aussi que ce narcisse possède un merveilleux parfum que, contrairement à sa légende, il ne garde pas pour lui, en égoïste mais partage avec moi chaque printemps.

Ainsi tu continues de vivre à travers cette élégante fleur, mon cher Narcisse. Merci, bel ami.

( 8 avril, 2017 )

Vertiges de la canopée

Hisser les yeux, là-haut, vers les extrémités.

Arbre A

Arbre A

Grimper dans l’infinitude de la canopée.

Arbre B

Arbre B

 Atteindre, en un instant, de l’arbre l’émergence,

Arbre C

Arbre C

Accéder aussitôt à cette part de jouvence

Du ciel de lit terrestre, du firmament pastel

Arbre D

Arbre D

 

 

Et séjourner, béat, loin du monde actuel.

Agréable et doux vertige de la canopée.

 

Vous avez l’esprit joueur, aujourd’hui ? Alors exercez-vous donc à identifier ces canopées d’arbres du champ, vus d’en bas. Où sont le chêne, le châtaignier, le mélèze, le merisier et le frêne ? Dans quel ordre rangez-vous les lettres : ABCDE ? Ou CBAED ou encore ?

J’attends votre réponse.

Eh bien, allons, c’est donc….

Et si vous ne jouez pas, tant pis ! Vous aurez profité de l’ombrage de ces quelques beaux arbres dont les feuilles s’épanouissent en ce temps printanier.

Arbre E

Arbre E

( 4 avril, 2017 )

Des mondes ……si différents !

 

Vivre des mondes si différents

En une vie.

Embarrassant contenu d’un bilan

De jongleries.

 bal 1

Le tout premier dans le confort du sein

De ma maman,

Bulle tiédeur, attente du chérubin,

Benoîtement.

mariage 3

 

 

Sortie douleur plus cris et traumatismes.

Si j’avais su !

Papa, maman, j’ai tenté l’optimisme.

Pas trop déçus ?

Ma petite personne nue, chez le photographe de Bréhal

 

J’étais l’aînée de sœurette et frérot,

Aimée, choyée.

A leur venue il a fallu, moins beau !

Tout partager.

Nous trois

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps des chemins creux à parcourir

Jusqu’à l’école

Et puis de nuit bien souvent revenir.

Pauvres guibolles.

petite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux méchants problèmes de robinets,

Zéro sur dix !

Succédaient les calculs des intérêts

Maximum six !

Numérisation_20170403 (2Avec grand mère Louise

 

 

 

 

 

 

 

 

Huit années de pension, monde entre filles,

Vive le dimanche !

Temps des dortoirs, bien loin de la famille.

Tenues pervenche !

Sévigné

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis l’université, études d’anglais,

Yes, yes, my dear !

De norvégien, danois et islandais,

Ya, det er grei !

Université

 

 

 

 

 

 

Premiers émois, premiers chagrins d’amour,

Voile déchiré !

Vient le prince charmant. C’est pour toujours !

Serment juré !

mariage O

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joie des maternités : deux beaux enfants,

Charmants garçons.

Journées chargées en classe et logement.

Le plein d’action.

enfants

 

 

Serment bafoué, « amour toujours » foutu !

Autre chemin !

Faut oublier le monde disparu !

Vive demain.

 

Portes grand évasées sur l’Amitié

Se sont ouvertes.

Un monde harmonisant et bienveillant.

Douceur offerte.

ompha 1 O

 

Et puis toujours, chanter, chanter encore,

Chanter en chœur,

Chanter la vie, chanter la joie, la mort,

Avec le cœur !

chorale 2016

 

 

 Avant le dernier monde de la Paix,

Inaltérable !

Il me fallait tant de mondes arpenter,

Si dissemblables.

 

 

paq5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

|