( 4 juillet, 2017 )

Bien cher Calliandra

Ma copine Mo m’ayant récemment demandé, photo à l’appui, si je connaissais cette beauté mâle, en cherchant bien je crois savoir de qui il s’agit.

120px-red_powder_puff.jpg

120px-red_powder_puff.jpg

Qui t’a, un jour, capturé, embarqué tel un esclave, en route vers le vieux continent? 

Laissant là-bas ta famille Fabacée sans nouvelles de toi?

Regrettes-tu parfois ton Amérique du sud, ta Guyane, le Surinam voisin, pays de tes copains, copines, cousins, cousines, oncles, tantes, frères et soeurs ?

Car dans votre famille, reconnais que vous êtes nombreux. Chacun bien différent et, pour s’y retrouver, les négriers vous ont affublés de surnoms variés : tergemina, bella, biflora, californica, chilensis, laxa, humilis, parviflora, conferta et j’en passe.

Cher Calliandra, je comprends bien pourquoi tu portes ainsi ce nom aux origines grecques : kallos beauté et andros mâle.

Qui ne pourrait être séduit par ces atours que tu portes plumeux, de la couleur du sang clairet et qui te vont si bien ?

Calliandra

Les gens de peu d’imagination te traitent de « pompon de marin ». OK ! Mais tu mérites mieux !

D’autres parlent de tes houppettes ! Va pour houppettes ! Houpetta la Bella ! Houppetta la Bellissima ! Je ne sais plus pourquoi tu me donnes soudain l’envie de te chanter !

Ton manteau bipenné et alterne, d’un vert bien soutenu, t’habille tel un gant, à longueur des quatre saisons. Tu te plais maintenant dans notre région mais détestes le froid. Plusieurs de tes amis y ont laissé la vie, enterrés à jamais loin de leur doux pays.

Tu séduis chaque jour et séduiras encore, tant que tu brilleras de tes irrésistibles plumets rouges, bel ami !

Sacha Guitry  Quadrille

 Qui ne serait séduit ? Irrésistible, Calliandra, tu l’es et le seras tant que tu vivras ! 

 

 

 

 

 

Pas de commentaires à “ Bien cher Calliandra ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|