( 28 août, 2017 )

Demain, l’aube jolie blanchira la campagne…

Les Anglais le nomment breakup. Pour les Allemands, c’est das Ausenanderbrechen. Les Italiens parlent de rottura et les Espagnols ruptura. Très douloureux, ce phénomène, malheureusement assez répandu à notre époque, dans cette civilisation, vous brise en deux et vous colle la boule au ventre, les boyaux en déconfiture et les cernes aux yeux.

Prévisible mais retenue en l’air le plus longtemps possible, la lame de l’épée atteint le cœur du plus vunérable des deux. C’est cela, un duel ! Il faut bien un vaincu. Le vainqueur retirant l’arme blanche de l’organe vital avec satisfaction, confusion ou regret, à son choix. Une fois le perdant tout baignant dans son sang, deux possibilités lui sont encore offertes. Ou bien il se laisse couler le liquide vermeil jusqu’à épuisement soit, la main serrant dur son pauvre cœur blessé, le malheureux se relève et appelle au secours. Deux autres potentialités se présentent alors. Soit le filet de paroles devenu inaudible, le voilà envoyé ad vitam aeternam dans la gueule des Enfers, soit sa voix fut audible, ses anges et amis accourant prestement. A vous faire confidence, j’opterais sûrement pour la seconde chance.

Car demain, l’aube jolie blanchira la campagne, le chagrin cessera et la vie reprendra, plus belle, plus honnête et plus pure peut-être…    

Pas de commentaires à “ Demain, l’aube jolie blanchira la campagne… ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|