( 13 janvier, 2018 )

Suspension

 

                        Suspension

 

Ils naissent à foison mais s’éteignent de même.

A peine présentés, déjà interrompus,

Un chemin caillouteux que l’ornière parsème,

Que guette le danger, au vide suspendu.

 

Les uns sont pétillants, enflammés, souriants,

Leurs frères plus sérieux, adultes et honnêtes.

Ils peuvent se montrer coquins ou chenapans,

Ridicules, gredins, voire sans queue ni tête.

 

Je voudrais te clamer ces mots qui n’osent pas

De ma bouche sortir, langage d’amoureuse,

Qui, comme tuile au vent, tombent à grand fracas

 

Dans un pli de mon cœur, me rendent malheureuse,

Coincés à tout jamais, car tu ne sembles point

Sensible à leur attrait. Tu n’en as pas besoin ?

 

mots 4

 

Nellie, le 5 janvier 2017 , La Mauvillière

Pas de commentaires à “ Suspension ” »

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|