( 23 mars, 2018 )

Entre paix de la charrue et paix de Dieu….

Au salon du livre médiéval d’Agneaux le 3 mars, nous avions rendez-vous pour y chanter quelques mélodies d’antan.

Merci à l'auteur de la photo.

Merci à l’auteur de la photo.

Mais j’ai aussi eu le plaisir de rencontrer des écrivains locaux parmi lesquels François Neveux et Claire Ruelle, auteurs d’un ouvrage sur Guillaume Le Conquérant aux Editions Ouest France, livre que je me suis procurée.

Issue du monde paysan, j’ai pensé, en lisant ce passage sur la condition paysanne au temps du Conquérant, à mes lointains ancêtres, certainement laboureurs. Paysans dont les aïeux avaient vu, dès le Xe siècle, surgir ces hordes de Vikings dirigées par Rollon, le Scandinave. Il y eut probablement des révoltes dans les campagnes dont une en 996, évoquée par Guillaume de Jumièges.

Merci à Bayeux Museum.com

Merci à Bayeux Museum.com

Fut instaurée, quelque temps plus tard, la paix de la charrue, loi précepte visant à protéger les manieurs du soc et du coutre (charrue basique tirée par un âne, un cheval ou des bœufs) contre les guerriers peu respectueux des endroits qu’ils empruntaient. Car chacun sait que le labourage était l’une des mamelles du pays, dirait Sully (1560, 1641), quelques siècles plus tard.

Autre précepte institué, celui de la paix ou trêve de Dieu débutée en 989 au concile de Charroux (village près de Poitiers), en Normandie proclamée  par Guillaume et les évêques au concile de Vaucelles (près de Caen) en 1047. Elle interdisait de guerroyer du mercredi soir au lundi matin, le jeudi en respect pour le Jeudi Saint, le vendredi en souvenir de la mort du Christ, etc…Interdit aussi de faire la guerre du début de l’Avent à l’octave de l’Epiphanie soit un bon mois, idem du début du Carême à l’octave de Pâques (plus de 40 jours) et du début des Rogations (3 jours avant l’Ascension) à l’octave de la Pentecôte. Drôle de coutume qui obligeait à choisir une période pour conquérir un donjon, anéantir une armée ennemie ou tuer ses opposants ! Sous peine de lourdes amendes. Essai d’un moyen non violent créé par l’Eglise mais si peu respecté…..Hélas……La paix à tout prix… sauf si…….et des sauf si, il y en eut par milliers…… Et ça continue tous les jours……..

Bayeux Museum

Bayeux Museum

1 Commentaire à “ Entre paix de la charrue et paix de Dieu…. ” »

  1. Anonyme dit :

    Et oui nelly …..Des sauf si il y en a encore et je crois qu »hélas il y en aura encore longtemps….

Fil RSS des commentaires de cet article. | Trackback

Laisser un commentaire

|