• Accueil
  • > Archives pour octobre 2018
( 27 octobre, 2018 )

Si tu diffères de moi ….

« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis ! »

photo Revue des deux mondes

photo Revue des deux mondes

Pas besoin de commentaire à cette phrase issue de Pilote de guerre, l’un des romans d’Antoine de Saint-Exupéry, d’abord intitulé Flight to Arras, publié aux Etats-Unis le 20 février 1942, par l’écrivain en exil, censuré par les pétainistes et les Nazis car appelant les USA à entrer en guerre contre l’occupant. De Gaulle lui-même en interdira la publication en Algérie, à l’époque où la politique était encore au colonialisme !! Car respecter l’autre, c’était suspect !!!!!

Terre des hommes en 1939, Pilote de guerre en 1942, Le Petit Prince en 1943, et tous ses autres ouvrages : une superbe leçon de vie, de fraternité et de justice. Merci, monsieur Saint-Ex.

Il était né en 1900, disparu en vol lors d’une mission le 31 juillet 1944, tombé en Méditerranée, non loin de Marseille.

« Pardon de vous déranger… c’était seulement pour dire bonjour !  » Extrait de Lettres à l’inconnue, écrites en 1943, publiées post mortem en 2008, révélées lors d’une vente aux enchères en 2007.

 

( 26 octobre, 2018 )

Chuter pour renaître !

Chuter... 1 O

Doucement se balancent au gré du vent d’automne

Les ultimes feuilles du figuier au jardin.

Voici déjà, au cadran de l’année, que sonnent

Déclin, mort et trépas en voltigeant gadin.

 

Entraînant dans leur chute une douce pelisse,

Ce qui était hier, la chaleur du soleil,

 Heures d’insouciance et ces  jours de délices,

Les fenêtres ouvertes à mes nuits de sommeil.

 

L’une d’elles en dansant son ballet d’Ophélie

A lancé à tout va ces quelques mots d’adieu.

Je les ai retenus. Avant que les oublie,

 

Vous les offre aussitôt. L’espoir délicieux,

C’est que, dès le printemps, tout va réapparaître.

« N’oubliez surtout pas ! Faut chuter pour renaître ! » 

Nellie 9h du matin, le 25 octobre 2018

( 23 octobre, 2018 )

Ca fait caquet si je vous dis que …..?

Eh bien oui, j’oserai vous faire caquet !! Je viens de retrouver dans mes bagages cette expression que vous comprendrez sans traduction tant elle est claire et charmante. Tout droit venue du pays des Helvètes d’où je rentre.

Une contrée attingible par voies de terre et des airs en quelques heures, environ sept, pour rejoindre le troisième et dernier étage du chalet « Au pied du mont » le bien nommé, au village de Grimentz, le plus fleuri de Suisse, annoncent les dépliants touristiques.  Même si, à cette période automnale, les balcons se vident de leurs contenus géraniumniques…  

Lorgnez vers le 3e étage. Peut-être apercevrez-vous la famille Duval ? Aux balcons encore fleuris, non pas de géraniums mais des pétunias blancs.

Lorgnez vers le 3e étage. Peut-être apercevrez-vous la famille Duval ? Aux balcons encore fleuris, non, cette année, pas de géraniums rouges mais des pétunias blancs.

« Au pied du mont » ? Car juste au-dessus, il y a Bendola, la station de ski et ses pistes broutées, à la verte saison, par les belliqueuses, mais pas trop ! vaches d’Hérens. Et l’hiver, très largement poudrées de sel céleste.

Je ne me lasserai jamais de l’accueil et des surprises que me réservent mes enfants et petits-fils à chacune de mes ascensions vers leur montagne préférée, le nid qu’ils ont bâti depuis leur arrivée en 1996. Déjà 22 ans ???

Au royaume des edelweiss,

Edelweiss en haut du barrage de Moiry

Edelweiss en haut du barrage de Moiry

IMG-20181004-WA0000

Ce lac des Autannes, un merveilleux bijou !! Photo Lénaël

chamois, marmottes, aigles et neiges éternelles, je vais de surprise en surprise, Lénaël et Sandrine n’étant jamais à court d’idées en balades  ! Le paradis ! Ce petit lac des Autannes, à peine 5 hectares. « C’est tout de même pas le lac de Genève avec ses 58 000 hectares ! » me direz-vous ! Certes mais celui-ci est unique, majestueux, si haut perché, à 2665 mètres, merveilleux bijou se reflétant dans son écrin de sommets, juste au-dessus de la tsigère de Pierre

La tsigère, cabane de montagne pour garder les vaches autrefois et faire le fromage d'été.

La tsigère, cabane de montagne pour garder les vaches autrefois et faire le fromage d’été.

et de la ferme d’altitude.

Sur la pente herbue tout près du chalet, le troupeau des vaches villageoises, entre la désalpe et l'étable pour l'hiver.

Sur la pente herbue tout près du chalet, le troupeau des vaches villageoises, entre la désalpe et l’étable pour l’hiver.

Un eden de fraîcheur, de transparence, de cette eau cristalline tout droit venue de la fonte des neiges.

Barrage O 2018

Le barrage de Moiry et sa voûte de béton retenant les eaux du glacier.

En redescente vers la vallée, 400 mètres plus bas, nous sommes donc à 2249m d’altitude, après ces célestes heures autour de ce petit réservoir glaciaire, il y a le grand, l’immense lac artificiel hydroélectrique de Moiry. 4 années de construction, de 1954 à 1958, et 1200 ouvriers au travail, 148 mètres de hauteur, 610 m en long, d’une surface de 129 ha. A la base de la construction en voûte, 34 mètres et à son épaisseur au sommet 7 mètres. Et cette eau tout juste venue du glacier en contrehaut, d’un bleu de rêve…

Lac des Autannes deux mois plus tard. Photo de moi.

Lac des Autannes deux mois plus tard. Photo de moi.

Et ces sentiers à explorer, qui le ceinturent. Et cette cabane d’altitude qui le domine…. Et ces marmottes et marmottons déjà ensommeillées dont je rêve d’apercevoir la silhouette… Trop tard ! Et ces cerfs bramant pour appeler leurs dames, et ces chamois juste au pied du barrage, passant paisiblement à la tombée de la nuit….

 

Non, je ne veux vous lasser avec toutes ces splendeurs… Juste vous dire que le paradis existe aussi sur terre ! Il vous attend quelque part, à moins que vous l’ayez déjà trouvé !

Mille mercis à mes chers enfants suisses. A vous revoir bientôt…

Belle journée à vous et prenez ces septante, octante et nonante bises !!!

( 21 octobre, 2018 )

Fraîche bribe d’enfance

auriculesfonces.jpg

Je ne sais pourquoi ce texte humble et frais est toujours la cible de commentaires de sites un peu tendancieux, jamais méchants cependant.  En changeant le titre du poème, peut-être ne sera-t-il enfin visité que par mes amis ?

Dans le coeur d’une primevère

j’ai humé la frêle senteur

d’une partie de mon enfance

quand, par les chemins, nous allions

jusqu’à l’école du village.

 

Nous aimions picorer les fraises

que nous trouvions sur les talus,

minuscules et parfumées.

Chacune était un paradis,

un instant de bonheur intense.

 

Petits riens de la vie,

humbles plaisirs si brefs

qu’il ne faut pas rater,

qu’il faut savoir trouver.

( 18 octobre, 2018 )

Flirt automnal

   pom 1 0                  

Flirt automnal

 

Voici déjà pointer l’automne de ma vie !

Néanmoins j’ai au cœur cet éternel printemps

Inondé de soleil, cette durable envie

De découvrir encor des trésors palpitants.

 

Une aube aux mille tons, au firmament l’étoile,

Cette senteur des bois, ce parfum du muguet,

La pluie sur mon visage et du soleil le voile,

Du silence l’écho qui procure la paix.

 

Elle est aussi trésor la tendresse infinie

Que peuvent se donner deux êtres en harmonie !

Et l’une main dans l’autre et leurs yeux bienveillants,

 

Partage de leurs joies, de leurs désagréments,

Dure est la solitude à qui aime bien vivre,

Doux sont les mois et ans qui préservent du givre.

 

Nellie, 22h, le 18 octobre 2018

( 4 octobre, 2018 )

En route vers la magie helvète

Valise dépoussiérée, talons cirés, sac à dos empli, avion et train réservés, mercredi je pars pour mon seul et unique grand voyage annuel : le pays de Lénaël, Sandrine, Timo et Nolan. Non ce n’est pas le bout du monde. Juste mille kilomètres de distance et 1500 m de hauteur nous séparent. Ce village du Valais suisse, aux jolis chalets de mélèze noircis par les ans, aux alpages à l’infini, aux cimes enneigées, c’est en quelque sorte un peu du paradis sur terre.

Ce matin justement, nous recevions de là-bas cette superbe photo, prise par Lénaël au lever du jour, cliché de la magie helvète qui m’attend pendant ces quatre jours. Je n’ai pu m’empêcher de vous l’offrir à mon tour. IMG-20181004-WA0000

|